Kaspersky accuse Microsoft d’attaquer la concurrence

kasperskylogoLa mise sur le marché du nouveau système d’exploitation de Microsoft, Windows 10 avec de nouvelles fonctionnalités telles que Windows Defender n’est pas du goût des fournisseurs de logiciels antivirus comme Kaspersky.

Quelle est la source du conflit ?

Autrefois connu sous le nom de Microsoft AntiSpyware, Windows Defender est un logiciel installé sur les systèmes d’exploitation de Microsoft pour avertir les utilisateurs de la présence des logiciels malveillants.

Le fond du problème est que sous Windows 10 ce logiciel voit ses fonctionnalités renforcées comme l’analyse complète de l’ordinateur, la protection contre les logiciels malveillants et autres.

Ce logiciel joue presque les mêmes rôles que les logiciels antivirus. Cette situation ne peut pas bien évidemment être vue de bon œil par les fournisseurs de logiciels antivirus d’où le mécontentement de Kaspersky Labs.

Quand on cherche à comprendre le fond de l’histoire, on se rend compte que la société Kaspersky Labs ne prend pas que ce volet de la chose, mais porte d’autres accusations à l’encontre de Microsoft.

Quelles sont donc les accusations émises par Kaspersky Labs à l’encontre de Microsoft ?

D’après les propos du fondateur de Kaspersky et expert en sécurité, Eugène Kaspersky, Microsoft serait en train d’inciter l’utilisateur de ses systèmes d’exploitation à abandonner les fournisseurs de logiciels antivirus.

Cette stratégie selon Eugène vise à amener les utilisateurs de Windows à opter pour Windows Defender au détriment des autres antivirus. C’est ce qui a amené le fondateur de Kaspersky à clamer aux pratiques anticoncurrentielles de la part de Microsoft.

Eugène Kaspersky affirme que dès que les utilisateurs opèrent des mises à niveau de Windows 7 ou 8 vers Windows 10, Microsoft désactive simultanément et sans avertir les logiciels antivirus non pris en charge et procède à l’installation de Windows Defender.

Ce comportement de Microsoft amène Eugène Kaspersky à fustiger le fait que Microsoft ne leur ait pas laissé le temps d’adapter leur système de sécurité en fonction de Windows 10 avant de les désinstaller.

Néanmoins, il y a un point qui devrait réjouit les fournisseurs de logiciel antivirus. En effet, selon le rapport publié par AV-TEST.org qui a opéré des tests sur Windows Defender, il y aurait pas mal de lacunes au niveau de ce logiciel.

Ces insuffisances concernent notamment l’absence d’un gestionnaire de mots de passe, de VPN, de contrôle parental sans parler de l’absence de protection des transactions électroniques.

Cet état de choses devrait faire le bonheur de Kaspersky et autres. Ils verront de ce fait revenir à eux leurs abonnés.